RSS Autres informations

Séminaire « Développement des Territoires Ruraux Méditerranéens »

logo ciheam 2L’Agence Française de Développement (AFD) a souhaité, en partenariat avec le Ministère de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt (MAAF), organise un séminaire international portant sur le développement des territoires ruraux méditerranéens. Il se déroulera du 9 au 11 décembre 2014 dans les locaux de l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier. Avec pour objectif général de capitaliser et de partager des connaissances, des savoir-faire et des méthodes concernant cette thématique, cet évènement entend se positionner à l’interface entre les dynamiques territoriales locales et les politiques publiques susceptibles de les soutenir afin d’aborder les territoires ruraux méditerranéens dans toute leur diversité, tant en termes de systèmes productifs que de dynamiques institutionnelles.

Piloté par le CIHEAM/IAMM en collaboration avec l’IRAM, ce séminaire se focalisera sur l’amélioration des politiques de développement agricole et rural dans les pays cibles : l’Egypte, le Maroc et la Tunisie, tout en s’appuyant sur des expériences, traitant la même thématique, en provenance des autres pays du pourtour méditerranéen. Il s’adressera à un public composé, essentiellement, de :
– Décideurs à l’échelle locale, régionale et nationale,
– Syndicats agricoles, coopératives de producteurs et d’organisations de la société civile,
– Chercheurs impliqués dans la compréhension de ces dynamiques dans les pays considérés,
– Partenaires techniques et financiers.

Le programme du séminaire est fondé sur une participation active des partenaires impliqués dans les pays cibles. La version provisoire est accessible en cliquant sur le lien suivant : http://a2dtrm.iamm.fr/images/telechargements/structure_seminaire_AFD_DTR.pdf

 

Les défis de l’accés à l’eau en Méditerranée

indexCette nouvelle publication de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (IPEMED) aborde la question stratégique du financement de l’accès à l’eau et à l’assainissement en Méditerranée. Rédigée par Caroline Orjebin-Yousfaoui, chef de projet à l’IPEMED, cette étude pose notamment la question de l’avenir des financements innovants. Solution ou illusion ?

L’eau est un bien rare et inégalement réparti dans la région méditerranéenne.Les Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée (PSEM) sont caractérisés par une situation de stress hydrique structurelle. L’Afrique du Nord ne recèle que 0,1% des ressources mondiales d’eau naturelle renouvelable et le Moyen-Orient 1,1% pour une population globale de 280 millions d’habitants, soit environ 4 % de la population mondiale. Cette pression devrait s’accentuer dans les années à venir : l’indice régional de changement climatique de la région méditerranéenne est avec celui du Nord-Est de l’Europe le plus élevé au monde selon le Groupement International des Experts sur le Changement climatique. Des hausses de température de 2 à 4°C ainsi qu’une baisse de la pluviométrie de 4 à 30% est prévue dans la région.

La croissance démographique et urbaine des rives Sud et Est devrait également accentuer les pressions sur les ressources en eau. En considérant les projections des Nations unies, la population des PSEM pourrait atteindre plus de 360 millions en 2030 contre 280 millions actuellement. Le taux d’urbanisation est en nette augmentation. Les 2/3 des Méditerranéens sont urbains et plus des 3/4 devraient l’être en 2030.

De multiples effets bénéfiques sur le développement

Les défis de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement en Méditerranée concernent l’amélioration de l’accès à l’eau potable et de sa qualité ainsi que la collecte et le traitement des eaux usées (domestiques et industrielles), la lutte contre les pollutions diffuses et l’adaptation de la gestion des ressources en eau aux impacts du changement climatique. Relever ces défis entraînerait d’importants effets bénéfiques sur le niveau d’éducation, notamment des filles, la santé et l’hygiène publiques, sachant qu’entre 1 et 5 % des décès sont imputables dans la région à des services insuffisants ou inadéquats dans le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement. L’amélioration des services d’eau et d’assainissement dans la Région aurait également un impact économique important.

D’après le rapport GLAAS des Nations unies, un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement pourrait augmenter le PIB des PSEM de 2 à 7 % (OMS, 2010). Les investissements réalisés dans la distribution de l’eau potable rapporteraient ainsi 4 à 12 fois plus qu’ils ne coûtent. Un changement de paradigme basé sur une gouvernance plus efficace et une vision stratégique de l’allocation de l’eau à ses différents usages est nécessaire. Cette transformation structurelle, qui doit être menée parallèlement à une meilleure prise en compte des besoins des populations locales, nécessite un « renversement de l’architecture financière » selon les mots de Michel Camdessus.

1er guide bilingue du paysan africain écoresponsable

GUIDE DU PAYSAN AFRICAIN 2014-Page1Notre Institut est heureux de vous annoncer la parution du premier guide bilingue du paysan africain écoresponsable. Rédigé en français et en langue arabe, ce livret pédagogique de 16 pages est conçu comme un outil d’aide à la prévention des risques sanitaires et écologiques liés à la manipulation des produits phytopharmaceutiques.

Du stockage à l’application en passant par le décryptage des symboles de sécurité, l’ouvrage détaille les précautions à prendre sous forme de fiches pratiques riches en informations concrètes. Notre ambition, à travers cette publication, est de participer activement à la sensibilisation des agriculteurs africains en leur transmettant les clés d’un usage sécurisé de ces produits. Il n’y a pas de raison que l’Afrique soit la grande oubliée des politiques de prévention dans ce domaine.

Nous remercions nos partenaires, les sociétés NUFARM et RIVALE, pour leur précieux soutien qui nous a permis d’éditer ce premier numéro d’une collection d’ouvrages que nous souhaitons résolument tournés vers les acteurs de terrain.

10ème réunion des ministres de l’Agriculture du CIHEAM

CIHEAM 10ALGER- (APS) Les ministres de l’Agriculture des États membres du centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM) ont souligné jeudi à l’issue de leur 10ème réunion tenue à Alger la nécessité d’encourager l’investissement et de développer le partenariat entre les secteurs public et privé et les entreprises nationales et étrangères, en vue un meilleur rendement agricole.

Les ministres ont insisté, dans les recommandations adoptées à la fin des travaux de cette réunion, sur la nécessité de soutenir l’agriculture familiale en vue d’améliorer l’accès à une nourriture décente, du point de vue quantité et qualité, d’encourager le développement local, de préserver les forêts et de coordonner les politiques régionales visant à consolider le rôle des zones de pêche.

Ils se sont engagés à mettre en oeuvre l’initiative du programme de voisinage européen pour le soutien de l’agriculture et du développement rural, lancé en 2012 et les accords régionaux, à travers la mise en place des normes liées au domaine phytosanitaire selon les caractéristiques de chaque pays, outre le soutien du réseau méditerranéen de l’agriculture organique relevant du CIHEAM. Les recommandations ont mis l’accent sur la nécessité d’encourager le réseau d’échange des données des marchés agricoles méditerranéens visant l’échange d’expériences en matière des banques de données nationales des marchés agricoles.

Par ailleurs, l’Union Européenne (UE) s’est engagée à développer les domaines de l’agriculture et de l’alimentation ainsi que les zones rurales méditerranéennes, en soutenant les travaux de recherches et de coopération, outre l’exploitation du programme cadre de recherche « horizon 2020″ et de l’initiative du programme de voisinage européen de soutien de l’agriculture et du développement rural. L’UE, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le CIHEAM examinent la possibilité d’établir un programme de coopération stratégique pour soutenir l’agriculture, l’alimentation et le développement rural durable dans le bassin méditerranéen.

De son côté, le CIHEAM s’est engagé à poursuivre ses efforts en matière de recherche, de dialogue et de coopération régionale dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et du développement rural à travers notamment la création de forums et d’une commission régionale ad hoc composée de hauts responsables et d’observatoires nationaux chargés du contrôle des marchés et de la sécurité alimentaire.

Les ministres de l’Agriculture des pays membres du CIHEAM ont examiné lors de cette réunion les questions de lutte contre la gaspillage alimentaire qui coûte à l’économie mondiale 750 milliards d’euros par an ainsi que la gestion des ressources (eau et terres).

Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Abdelwahab Nouri, a affirmé « qu ’une action commune s’appuyant sur des règles scientifiques, est susceptible de rationaliser la consommation et de réduire le gaspillage alimentaire », annonçant le lancement de plusieurs projets pour l’amélioration de la production face au développement démographique que connaissent les pays du bassin méditerranéen.

Le CIHEAM avait tenu un colloque sur le développement rural en Méditerranée, sanctionné par une série de recommandations qui ont été soumises aux ministres de l’Agriculture des pays membres lors de cette réunion. Le CIHEAM est une organisation intergouvernementale créé en 1962 afin de promouvoir la coopération multilatérale en méditerranée dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation, des territoires ruraux et de l’environnement dans le but de répondre aux besoins de développement dans la région. Elle regroupe 13 pays, en l’occurrence l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, le Liban, Malte, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Italie, le Portugal, la Turquie et l’Albanie.

RSS L’actualité agro en direct !

  • Côte d’Ivoire : l’Etat offre des exonérations fiscales à certains exportateurs nationaux 25/10/2014
    L’Etat ivoirien octroiera des exonérations fiscales à certains exportateurs, sélectionnés par le Conseil Café Cacao. «Cette mesure marque l’engagement du gouvernement à soutenir et à promouvoir les opérateurs nationaux exportateurs de café et de cacao actuellement en proie à une perte de compétitivité due à un défaut de financements conséquents.», indique le […]
  • La Tunisie s’attend à une production exceptionnelle d’huile d’olive au terme de la campagne 2014/2015 25/10/2014
    FeaturedLa Tunisie s’attend à connaître une production d’huile d’olive exceptionnelle au terme de la campagne 2014/2015 qui vient de s’ouvrir. Selon les statistiques du ministère de l’agriculture, le pays qui devrait récolter environ 1,4 million de tonnes d’olives produira entre 265 000 et 285 000 tonnes d’huile. Cette quantité, qui représente une augmentati […]
  • La stratégie sucrière nigériane attire 2,3 milliards € d’investissements privés 25/10/2014
    Le secteur privé nigérian a investi jusque là 500 milliards de nairas (2,3 milliards €) dans la stratégie sucrière nationale (NSMP). Selon le ministre du commerce et de l’industrie du pays, ces investissements ont profité à onze états à savoir: Oyo, Ondo, Ogun, Adamawa, Kogi, Taraba, Jigawa, Kwara, Niger, Kebbi et Sokoto. Faisant le bilan de cette stratégie, […]
  • FAO : Madagascar n’importera que 235 000 tonnes de riz durant cette campagne 25/10/2014
    Selon les prévisions de la FAO, Madagascar devrait réduire de moitié ses importations rizicoles qui devraient passer à 235 000 tonnes en 2014/2015 contre 540 000 tonnes au cours de la campagne précédente. Cette baisse traduit un retour à la normale après une campagne marquée par une hausse des exportations en raison des déficits liés à plusieurs facteurs don […]
  • Nigeria : un projet d’agropole de 390 millions $ pourrait créer 6000 emplois dans l’état de Kogi 24/10/2014
    L’Etat de Kogi pourrait prochainement accueillir un agropole dans sa zone de transformation céréalière (SCPZ) situé à Alape. Le projet, qui a été présenté aux officiels au cours d’une séance de travail par la secrétaire permanente du ministère nigérian de l’agriculture, Ibukun Odusote (photo), a suscité un grand enthousiasme. Nécessitant un financement de 39 […]
  • Egypte : Abdel Fattah Al-Sissi ordonne la création de l'organe national de la société digitale 24/10/2014
    Afin de soutenir les jeunes dans le domaine de l'innovation et de bien les former dans les télécommunications et les technologies de l'information, le président Abdel Fattah Al-Sissi a demandé la création de l'organe national de la société digitale. Il a rencontré à cet effet Atef Helmy, le ministre des télécommunications et des technologies d […]
  • MTN Cameroon l’emporte sur Orange au terme des 9 premiers mois de l’année 2014 24/10/2014
    Alors qu’un 3ème opérateur a débuté ses activités  en septembre dernier, et qu’une 4ème licence d’exploitation du réseau de téléphonie mobile a été octroyée dans le pays, la filiale du groupe des télécommunications sud-africain Mobile Télécommunications Network (MTN) confirme sur les 9 premiers mois de l’année 2014, son leadership  dans le secteur au Camerou […]
  • Nigeria: Bitflux, détenteur de la licence de fréquence 2.3GHz, va lancer ses services en janvier 2015 24/10/2014
    Le consortium Bitflux, adjudicataire de la licence de fréquence 2.3GHz en février dernier, devant le groupe télécom Globacom, a annoncé le lancement de ses services en janvier 2015. Ceux-ci seront adossés sur la technologie Long-Term Evolution. Bitflux avait payé 23,2 millions de dollars (37,1 milliards de nairas). Le 22 octobre 2014, lors de la cérémonie de […]
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.