Accueil » Uncategorized » Bilan 2012 de l’activité agricole en France et en Europe

Bilan 2012 de l’activité agricole en France et en Europe

insee_logo200

Selon une étude de l’INSEE rendue publique ce jour, en 2012, l’activité agricole progresse en France mais stagne en Europe. L’année dernière, en France comme dans l’Union européenne à 27, la valeur de la production agricole s’accroît sous l’effet de la hausse des prix. Notamment des grandes cultures et des produits animaux, à l’exception du lait. Comme le prix des consommations intermédiaires augmente également, le résultat net de la branche agricole par actif en termes réels stagne, en moyenne, dans l’Union européenne, après deux années de progression. En France, toutefois, selon les données provisoires les plus récentes, ce résultat continue à croître (+ 5,4 %), après la hausse de 2011 et surtout de 2010. Depuis 2005, il fluctue fortement. Sur la période 2005-2012, sa progression globale dépasse très légèrement la moyenne européenne. L’excédent extérieur français en produits agroalimentaires est stable, autour de 11 milliards d’euros.

Dans l’Union européenne à 27 (UE27), d’après les comptes prévisionnels établis en janvier 2013, la valeur de la production agricole hors subventions augmente en 2012 de 2,0 % en termes réels : les volumes baissent de 3,0 % alors que les prix progressent de 5,2 %. La production végétale croît en valeur de 1,3 % : la forte baisse de volume de la production de vin (- 15,7 %), pommes de terre (- 14,1 %), oléagineux (- 7,4 %) et céréales (- 7,0 %) est contrebalancée par l’augmentation des prix à la production des céréales (+ 10,0 % hors subventions), pommes de terre (+ 9,2 %), oléagineux (+ 8,8 %) et du vin (+ 8,8 %). La croissance de la production animale en valeur est un peu plus prononcée : + 3,3 % hors subventions, dont + 3,8 % pour les prix. La hausse du prix de production est particulièrement marquée pour les œufs (+ 30,6 %) et les porcins (+ 9,7 %).

Les consommations intermédiaires augmentent de 1,8 % en termes réels, du fait essentiellement, du renchérissement des prix (+ 3,3 %), notamment ceux des aliments pour animaux, des engrais et de l’énergie. Comme les autres charges nettes s’alourdissent légèrement, le résultat net de la branche agricole par actif stagne en moyenne pour l’UE27, après une hausse de 8,0 % en 2011. Il augmente dans 16 des 27 États membres, progressant le plus fortement en Belgique, Lituanie et Lettonie. C’est en Roumanie, Pologne et Slovénie que les baisses sont les plus marquées.  Depuis 2005, dans l’ensemble de l’UE27, le résultat net de la branche agricole par actif a crû de 28,5 % en termes réels selon les données disponibles fin janvier 2013. Il a progressé dans 22 pays. Dans les États de l’ancienne Union européenne à 15, il n’a augmenté globalement que de 17,9 %, mais avec de fortes disparités. Il a notamment reculé en Irlande (- 6,1 %), Italie (- 7,4 %) et au Luxembourg (- 25,3 %). Dans le même temps, il a augmenté fortement en France (+ 36,1 %), au Royaume-Uni (+ 37,4 %) et en Allemagne (+ 44,4 %). Dans trois des nouveaux États membres (Estonie, Slovaquie, Lituanie), il a augmenté de plus de 80 %. Ces bons résultats sont dus essentiellement à la forte réduction des effectifs agricoles.

 Téléchargez ici l’étude complète

%d blogueurs aiment cette page :