Accueil » Uncategorized » Alerte européenne contre des pesticides !

Alerte européenne contre des pesticides !

EFSADeux insecticides néonicotinoïdes – l’acétamipride et l’imidaclopride – peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain, vient de déclarer l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Les experts de l’Autorité proposent que certains niveaux recommandés d’exposition acceptable à ces deux néonicotinoïdes soient abaissés pendant que des recherches complémentaires sont menées pour fournir des données plus fiables sur la neurotoxicité développementale (NTD).

Le groupe scientifique de l’EFSA sur les produits phytopharmaceutiques et leurs résidus (groupe PPR) demande que des critères soient définis au niveau de l’UE pour rendre obligatoire la soumission d’études NTD dans le processus d’autorisation des pesticides. Cela pourrait inclure l’élaboration d’une stratégie d’essai complète pour évaluer le potentiel de neurotoxicité développementale des substances, y compris tous les néonicotinoïdes.

L’EFSA a émis cet avis scientifique à la demande de la Commission européenne, en tenant compte  des recherches récentes par Kimura-Kuroda[1] ainsi que des données existantes sur le potentiel qu’ont l’acétamipride et l’imidaclopride d’endommager le système nerveux humain en développement, en particulier le cerveau.

Le groupe PPR a constaté que l’acétamipride et l’imidaclopride peuvent affecter de façon défavorable le développement des neurones et des structures cérébrales associées à des fonctions telles que l’apprentissage et la mémoire. Il a conclu que certains des niveaux actuels recommandés d’exposition acceptable à l’acétamipride et à l’imidaclopride pourraient ne pas constituer une protection suffisante pour éviter toute neurotoxicité développementale et qu’ils devraient être abaissés. Ces valeurs appelées « valeurs de référence toxicologiques» fournissent des orientations claires sur la dose d’une substance à laquelle les consommateurs peuvent être exposés à court et à long termes sans risque notable pour la santé.

Nouvelles valeurs de référence toxicologiques

On peut citer par exemple la dose de référence aiguë (ARfD), la dose journalière acceptable (DJA) et le niveau acceptable d’exposition de l’opérateur (NAEO). Sur la base de cet examen, l’EFSA propose de modifier les valeurs de référence toxicologiques suivantes pour l’acétamipride et l’imidaclopride:

  • pour l’acétamipride – les valeurs actuelles de la DJA et du NAEO de 0,07 mg/kg pc/jour et de l’ARfD de 0,1 mg/kg pc devraient être abaissées à 0,025 mg/kg pc (par jour);
  • pour l’imidaclopride – les valeurs actuelles du NAEO et de l’ARfD de 0,08 mg/kg pc/jour devraient être abaissées à 0,06 mg/kg pc/jour. La valeur actuelle de la DJA pour l’imidaclopride est considérée comme constituant une protection adéquate contre d’éventuels effets neurotoxiques au stade du développement.

L’EFSA reconnaît que les éléments de preuve disponibles sont limités et recommande que des recherches additionnelles soient menées pour fournir des données plus solides. Cependant, le groupe scientifique PPR a déclaré que les préoccupations pour la santé suscitées par l’examen des données existantes étaient légitimes.

Par conséquent, l’EFSA appuie l’établissement de critères clairs et cohérents pour rendre obligatoire la soumission d’études de neurotoxicité développementale dans le cadre du processus d’autorisation dans l’UE. Cela pourrait inclure l’élaboration d’une stratégie expérimentale intégrée reposant sur une approche par étapes : réalisation d’essais de laboratoire sur des cellules (essais in vitro) dans un premier temps, suivis par des tests sur l’animal (in vivo) si les résultats initiaux suscitent des préoccupations quant au potentiel de NTD d’une substance. Le groupe scientifique PPR conseille que toutes les substances néonicotinoïdes soient évaluées dans le cadre de cette stratégie d’essai.

%d blogueurs aiment cette page :