Accueil » Uncategorized » Maghreb-Moyen-Orient : accroissement de la dépendance aux importations agricoles

Maghreb-Moyen-Orient : accroissement de la dépendance aux importations agricoles

picture_client_format_2_3a9856Ce « point-chaud » climatique importe aujourd’hui 40 % des denrées nécessaires à son alimentation. Une dépendance alimentaire qui s’accentuerait dans les années à venir si les effets du changement climatique ne sont pas contenus.
Les résultats de cette étude, menée par l’INRA pour le compte de Pluriagri*, ont été présentés à Paris le 28 octobre 2015. En 50 ans, la population de la région Afrique du Nord – Moyen-Orient est multipliée par 3,5 pendant que le régime alimentaire évolue pour s’occidentaliser. Sous ces effets conjugués, la demande en produits agricoles est multipliée par six, celle en produits végétaux est multipliée par huit directement les besoins de l’alimentation animale et par six pour la frange destinée à l’alimentation humaine.
Dans le même temps, avec des différences marquées selon les pays de la région, la production céréalière, majoritaire, quadruple mais reste en deçà de la demande. La région est aujourd’hui l’une des plus dépendantes au monde pour son approvisionnement en céréales. Quant aux productions animales, elles quintuplent en l’espace de 50 ans, avec des mutations : si la production de lait garde son importance, l’élevage extensif de petits ruminants régresse tandis que les élevages intensifs de volailles progressent. La région est aride, peu de terres sont cultivables. Aujourd’hui 34 % des terres sont irriguées, la limite des disponibilités en eau est atteinte. La dépendance aux importations est ainsi passée de 10 à 40 % en 50 ans avec un recours aux fournisseurs historiques Européens et Nord-Américains du Nord qui s’élargira à d’autres pays tels que l’Amérique du Sud pour les oléoprotéagineux et les pays de l’ex-URSS pour les céréales. La région est en revanche exportatrice de fruits et légumes.

(*) Pluriagri est une association formée par des acteurs des grandes cultures (Avril, Confédération des planteurs de Betteraves, Unigrains) et par le Crédit Agricole SA pour mener des études prospectives sur les marchés ou les politiques publiques
%d blogueurs aiment cette page :